News

La Vie des Marchés

mars 29
Cette épître devait commencer avec l'évocation des célébrations pascales et les agapes chocolatées qui y sont traditionnellement attachées. Malheureusement, les tristes événements survenus en Belgique occulteront cette période de fête.

Londres, Madrid, Paris, Bruxelles...les capitales européennes ciblées, touchées et meurtries se réveillent avec l'angoisse d'appartenir désormais à un continent assiégé et sans défense. Si ces attentats ne devraient pas faire dérailler la reprise économique, ils mettent toutefois en danger, outre tous les concitoyens individuellement, la construction européenne déjà fragilisée par les crises multiples (économiques, institutionnelles). Les marchés financiers commencent "à s'y habituer" et attendent le résultat du référendum sur le Brexit pour se prononcer sur l'avenir de l'Union européenne.

Déjà, les flux des investisseurs ont déserté notre continent vers des cieux plus émergents à la faveur du rebond du prix du pétrole. Pourtant, les autres zones économiques connaissent aussi leurs propres difficultés. En Chine par exemple, la reprise en main du pouvoir par Xi Jinping et sa volonté de réduire les surcapacités industrielles se conjuguent avec une situation compliquée sur le plan économique. Certaines entreprises, comme les producteurs d'acier, luttent pour rembourser leurs dettes (ex : Bohai Steel et ses 30 md$ de dette).

Aux Etats-Unis comme en Europe, l'environnement monétaire pousse les entreprises à se lancer dans de vastes opérations de croissance externe ou de rapprochement (Orange-Bouygues Telecom en France dans le secteur des télécoms, Banco Popolare et Banca Popolare di Milano en Italie dans le secteur bancaire). Les introductions en bourse sont également de nouveau sur les agendas des émetteurs. Ce sont des signes d'apaisement, certes momentané, de la volatilité des marchés. Sans publication macro-économique majeure et sans nouvel élan de la part des banques centrales, les marchés vont désormais attendre les publications trimestrielles des entreprises (à compter d'avril) pour prendre une nouvelle direction. Pour l'instant, ils doivent digérer le rebond réalisé sur les points bas de février.



Source: DNCA Finance - Igor de Maack. Achevé de rédiger le 24 mars 2016.

Partager cette information