News

La Vie des Marchés

mars 28
La semaine fut plus agitée sur les places financières mondiales en raison des attentes de plus en plus pressantes des investisseurs concernant le programme économique de Donald Trump.


Les records de Wall Street ne seront pas tenables si l'économie et les bénéfices des entreprises américaines ralentissent. Dans un mouvement de retournement baissier, le pétrole a reculé depuis ses points hauts sous l'effet de l'annonce de stocks plus élevés qu'anticipés et d’une hausse de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis. La société d'ingénierie pétrolière américaine Baker Hugues a d'ailleurs fait état d'une 9ème semaine de hausse consécutive du nombre de puits en exploitation aux Etats-Unis portant le total au niveau de septembre 2015 (631 plateformes).

L'euro a, quant à lui, repris un léger biais haussier contre dollar flirtant avec le niveau de 1,08. Les perspectives d'une issue honorable des élections françaises et d'un possible changement de ton de la BCE pourraient expliquer ce retour en grâce de la monnaie européenne pourtant si décriée.

Il reste maintenant un mois avant le premier tour des élections présidentielles françaises. Les électeurs entrent dans la dernière phase de cristallisation de leur vote. D'autres débats avec un nombre plus ouvert de candidats vont avoir lieu. Les programmes économiques, pour les plus sérieux d'entre eux, devraient aussi reprendre leurs droits sur les querelles juridico-moralistes détournées et destinées avant tout à engendrer une audience sur les réseaux sociaux. L'expérience des dernières élections, à l'exception du référendum italien, a enseigné que le consensus des sondages ou le souhait politique de certains corps socioprofessionnels peut être déjoué par l'électeur indécis à la dernière minute quand le rideau de l'isoloir se referme. Jamais la France de la cinquième République n'aura été autant confrontée à un tel degré d'incertitude sur la constitution de son futur gouvernement rejoignant ainsi ses deux cousins et voisins latins (Italie et Espagne) qui doivent aujourd'hui naviguer entre coalition politique hétéroclite, tractation entre chefs de partis et immobilisme.

 

Source: DNCA Finance- Texte achevé de rédiger le 24 mars 2017 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion

Partager cette information