News

La Vie des Marchés

mai 23
Le risque politique est de retour mais pour une fois ce n'est plus la zone euro qui effraie.

Les rumeurs de destitution de Donald Trump se font de plus en plus insistantes sans qu'on puisse toutefois évaluer la réelle probabilité de cet événement. En effet, il faut rappeler que pour aller au bout d'une procédure d'impeachment aux Etats-Unis, il faut un vote à la majorité simple à la Chambre des Représentants et un vote à la majorité des deux tiers au Sénat. Ces deux chambres sont majoritairement dominées par les Républicains.

Au Brésil, le Président Temer semble aussi finir par tomber lui-même dans la grande opération "Lava Jato" alors qu'il avait été l'un des pourfendeurs du système de corruption généralisée. Ces deux occurrences ont déjà provoqué une mini-correction et une prise de profits parmi les investisseurs. Le BOVESPA se payait un multiple de valorisation PE 2017 de 11x avant les révélations et 9x au moment de celles concernant Dilma Rousseff et du creux macroéconomique. Cela donne donc l'ampleur (à prévision de bénéfices inchangés) du potentiel de baisse du marché brésilien.

Le dollar, lui, a accentué sa baisse contre euro en franchissant le seuil de 1,11. Dans un mois typiquement approprié pour sortir provisoirement des marchés actions avant la trêve estivale (sell in May and go away), cette prise de profits pourrait être salutaire pour enchaîner un beau deuxième semestre porté par une économie mondiale en marche. Au cours d'un récent séminaire organisé à Singapour, notre équipe de gérants a pu se rendre compte de l'amélioration perceptible de la dynamique mondiale. Les sondages réalisés sur mille investisseurs locaux sont riches d'enseignements. Ils sont désormais majoritairement convaincus que la zone euro survivra au-delà de 2020 et que le Président américain sera destitué...

A Berlin, après un discours responsable et coopératif avec Angela Merkel, Emmanuel Macron poursuit son parcours sans faute avec l'annonce de son gouvernement éclectique et collégial. Cela devrait lui donner de bonnes chances de succès aux élections législatives du 11 et du 18 juin. Pour l'instant toutefois, l'ampleur de ce succès reste une inconnue (majorité relative ou majorité absolue, coalition ou cohabitation). "Pour être l'homme de son pays, il faut être l'homme de son temps", écrivait Chateaubriand. Cette maxime aura sûrement échappé à certains dirigeants du monde occidental et notamment au Président américain. Peut-être que ce sont finalement les Européens, eux, qui voudront "Make Europe Great Again" !



Source: DNCA Finance- Texte achevé de rédiger le 19 mai 2017 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion.

Partager cette information